Le Pur-Sang Arabe, cheval surdoué

Je suis tombé en Amour pour le Pur-Sang Arabe sur le tard ! Leur tempérament très chaud et leur apparente fragilité me les faisaient considérer comme des « bibelots » éventuellement améliorateur d’autres races plutôt que comme chevaux de sport.

J’étais donc un peu sur la réserve quand des élèves m’ont confié la mission d’en faire travailler quelques-uns. Le hasard a voulu que je puisse les faire travailler moi-même, sous ma selle et ce, sur un laps de temps assez long pour apprécier leurs qualités.

Aujourd’hui, j’en ai encore quelques-uns dont je dirige le travail, certains sont spécialisés en endurance, d’autres en dressage de loisir, mais je les travaille tous avec mes «Techniques Modernes d’Equitation Classique ».

Ce sont des chevaux surdoués.

Les besoins des cavaliers d’endurance ont forcé les éleveurs à revenir aux origines de la race plus fortes que les petits modèles pour « Poupées Barbie ». Le PSAR actuel est bien porteur et, il n’est ne nullement gêné par mes 78kg. Par contre leur manque d’épaisseur et de profondeur est perturbant pour de grandes jambes !

En revanche, quelles qualités innombrables et fantastiques!

Passé le premier temps de surchauffe, qui en fait est du « cinéma », destiné a impressionner et a marquer son territoire, il se livre totalement à son cavalier, sans aucune réserve ni retenue, il tombe dans la main sans n’avoir rien à demander, il effectue toutes les flexions latérales et directes de la mâchoire et de l’encolure puis des hanches, du rein et surtout la plus difficile a donner celles latérales du dos… C’est un pur bonheur de sentir chacune des articulations lâcher moelleusement, mais la colonne vertébrale restant ferme!

Divin!!!

Et quel équilibre !!!  Rien à voir avec le PSAR des gravures ou photos, quand il se met dans ces dispositions d’équilibre, il s’y met tout seul, sans avoir besoin d’être sollicité… Il se rassemble naturellement de lui-même, hanches baissées, jarrets fléchis. Il suffit de raccourcir le pas vers le pas d’Ecole, et voila qu’il se diagonalise, à peine les mollets le touche qu’ il esquisse ses premier temps de piaffer !

Latéralement, il est fort sensible aux rênes d’opposition faites du bout des doigts, ses hanches et ses épaules s’orientent a volonté, le toucher de mollet suffit  à demander et accompagner le déplacement.

L’épaule en dedans est un vrai bonheur nul besoin de combiner les aides « incombinables » des mécanistes (les bucherons Hollandais) un simple touché de mollet et il se pli, s’enroule, se grandit  et part en danseur dans un mouvement énergique avec une détente incroyable et………. confortable!

Je les fais sauter car je pense qu’il s’agit pour tout cheval d’un jeu qu’il aime et lui apporte tant de bonnes choses (alliant équilibre, puissance, détente, propulsion, coordination etc…) Bien sur je ne mets pas de grosses barres mais jusqu’au mètre c’est un super cheval qui saute rond et équilibré ne se jette jamais. Le PSAR a tendance a ne plus se servir de ses épaules au galop en particulier (allures rasantes). Le travail a l’obstacle bien géré contribue a lui rendre ce jeu des épaules par contre après il n’est plus du tout confortable au galop.

Voila mes avis sur ce merveilleux cheval qui est un Don de Dieu!:

« Et, Dieu prit une poignée de vent du Sud, il souffla dessus et créa le cheval »

Jean-Michel Rousseaux

Ecuyer Instructeur Diplomé d’Etat

Master Instructor International Group For Equestrian Qualifications

NOTE : J’organise des stages dans toutes les régions. Si vous souhaitez participer avec votre cheval, il vous suffit de regrouper 4 couples cavalier/cheval autour de vous et je me déplace dans l’écurie de votre choix. https://jmrousseaux.com/stages/

%d blogueurs aiment cette page :