CENTRE VAL DE LOIRE

SAINT CYRAN DU JAMBOT

STAGE JM ROUSSEAUX en région CENTRE VAL de LOIRE.
à Saint Cyran Du Jambot – (36700)
SAMEDI 5 et DIMANCHE 6 Mai 2019

Aux Ecuries de Saint Cyran du Jambot

Migny

36700 Saint Cyran Du Jambot

Paddocks, boxes, carrière, CSO, cross, pistes cavalières…
Cavaliers extérieurs bienvenus.


STAGE TECHNIQUES MODERNES d’ÉQUITATION CLASSIQUE
Avec Jean-Michel Rousseaux Écuyer-Instructeur Diplômé d’État (BEES II Saumur)

Le meilleur des Grands Maitres Classiques pour une Équitation Sportive Moderne dans le respect ABSOLU du cheval et de ses allures NATURELLES

TRAVAIL sur le PLAT, DRESSAGE ou OBSTACLE

OBJECTIFS :

Calme, franchise, équilibre et LÉGÈRETÉ,

Souplesse, aisance et GESTES JUSTES.


DÉROULEMENT et TARIF du STAGE ;

5 places disponibles par jour


DEROULEMENT d’une journée type :

  • Le matin accueil présentation café…1 à 2 leçons, puis pause café et 1 à 2 autres leçons
  • Vers 13h00, « Casse croute » tiré du sac. Au cours de cette pause ; débat pour répondre aux questions des cavaliers de terrain avec leurs problèmes quotidiens.
  • L’après midi, 1 à 2 leçons, pause café puis, 1 à 2 autre leçons.
  • En fin d’après midi, débriefing, chaque cavalier repart avec des conseils et un plan de travail.


TARIF :

  • cavalier : 80€ la journée comprenant une Leçon particulière.
  •  Auditeur libre et Visiteur : 15€ la journée.
  • Prévoir règlement en espèces.


POUR S’INSCRIRE ;

Contacter Amandine Schmutz au 06 85 86 12 87.


Pour voir l’ensemble de la méthode ;
www.jmrousseaux.com


Pour voir un stage JM Rousseaux en images ;
https://www.facebook.com/media/set/?set=a.899422063457466.1073741832.397343003665377&type=3

NOTE : J’organise des stages dans toutes les régions. Si vous souhaitez mon passage chez vous ou près de chez vous afin de participer avec votre cheval il suffit de regrouper 5 couples cavalier/cheval dans votre région et je me déplace dans l’écurie de votre choix.

L’enseignement de l’équitation

L’enseignement de l’équitation, exige de l’Instructeur une maitrise totale de l’ensemble des procédés, des connaissances et des règles de l’art équestre !

Habilité, savoir-faire, talent et dons lui sont indispensables car il s’adresse aux sens et aux émotions de l’élève cavalier.

Un bon Diplôme officiel est un minimum, il est la garantie d’une sérieuse éducation initiale, mais c’est très insuffisant ! De nombreuses formations complémentaires et variées, acquises auprès d’écuyers de différentes tendances apporteront à l’Instructeur un bagage  équestre étendu, qui lui permettra de comparer les méthodes et procédés. Il pourra, ainsi, enseigner le meilleur.

Pratiquer toutes les disciplines, pour réaliser un lien évident entre elles et ne pas s’enfermer dans une chapelle permettra à l’Instructeur de  disposer d’un important « catalogue » d’exercices variés et d’expressions différentes afin de proposer à l’élève cheval ou cavalier ce qui lui convient le mieux.

Art et science sont complémentaires. Si l’art est suffisant pour paraitre, la science est essentielle pour enseigner. La  connaissance approfondie et détaillée du cheval, hippologie, hippomètrie,  hippomécanique, mais aussi hippiatrie, éthologie et ostéologie sont des connaissances indispensables pour faire comprendre et obtenir « le geste juste » !

Jean Michel Rousseaux

Ecuyer Instructeur Diplômé d’Etat

Master Instructor International Group For Equestrian Qualifications

Probleme de changement de pied au galop

Bonjour, voici ce que je vous recommande pour remédier à votre problème de changement de pied au galop.

Considérations concernant le changement de pied.

Bien penser que le changement de pied (en l’air) se débute au 3e temps du galop. C’est-à-dire, au galop à gauche, au poser de l’antérieur gauche.

  • À ce moment, le bipède diagonal droit, (celui du 2e temps), et le postérieur droit, (celui du premier temps) sont au soutient.  Les 2 postérieurs étant au soutient, Il est facile pour le cheval d’inverser ses postérieurs pour changer ses appuis et passer d’un appui postérieur droit à un appui postérieur gauche c’est le changement de pied postérieur.
  • Le cheval, étant maintenant en appui sur son postérieur gauche, va développer le geste du bipède diagonal gauche et étendre son antérieur droit, c’est le changement de pied antérieur.

Il est à remarquer que les cavaliers de dressage Modernes, que je baptiserai de mécanistes, dans les reprises de petit niveau demande aux chevaux des changements de pied en ayant des chevaux trop rassemblés, les hanches sont ainsi écrasées et le cheval ne peut pas inverser ses appuis d’où la fâcheuse habitude de ses cavaliers de forcer avec leurs aides en particulier leurs jambes pour essayer de forcer le cheval à passer ses postérieurs.

La seule préoccupation que le cavalier doit avoir et de changer les postérieurs, les antérieurs changeront tout seuls puisqu’ils sont propulsés par les postérieurs surtout dans les premiers changements de pied que je baptiserai changement de pied naturel.

Il est à constater que le cheval change de pied naturellement et facilement quand il est libre. Les seules choses qui gênent le cheval dans les changements de pied sous la selle sont les mains du cavalier et leurs actions, le poids du cavalier qui se déplace et les jambes du cavalier qui le trouble. En effet, le cheval en liberté change de pied sans aucun problème… !

Pour ce changement de pied qui vous préoccupe, il y a des prérequis indispensables que le cheval doit maîtriser.

  • Les départs au galop franc depuis le trot enlevé, le trot assis, le pas, mais aussi l’arrêt. Attention départ au galop franc ne veut pas dire départ comme une bombe. (Éviter le départ au galop à partir du reculé, le cheval ne le comprend pas toujours comme un mouvement mais le prend souvent comme une punition).
  • La mobilisation des hanches facile avec aisance et aux 3 allures.
  • La mobilisation des épaules facile avec aisance et aux 3 allures.
  • Les transitions.
    • GALOP – trot actif.
    • GALOP – pas actif.
    • GALOP – arrêts stables.
      • Pour faciliter l’éducation à cette dernière transition, l’effectuer en demandant un 1/8 d’épaule en dedans de façon à aligner les épaules du cheval sur sa hanche intérieure et a solliciter le rassembler sur une seule des 2 hanches (plus faciles que sur les 2).
  • Le contre galop est une ineptie. D’une part parce qu’il est très mal pratiqué dans notre pays et d’autre part car il installe le cheval dans une certaine attitude qui lui permet de fuir avec ses hanches (dérapage) vers l’extérieur des courbes. Dans ce contre galop mal exécuté le cheval apprend à éviter la mobilisation des hanches mais il réduit aussi l’amplitude de ces foulées et s’installe dans des contractions fortement préjudiciables au changement de pied. Pour ma part, j’éduque mes chevaux au changement de pied naturel sous la selle Avant d’aborder le véritable travail au contre galop.

Apprentissage du cheval au changement de pied naturel sous la selle une fois que tous les prérequis sont réunis.

  1. Installer le cheval au galop équilibré sur la piste.
  2. Exécuter une ½ volte suffisamment large pour que le cheval puisse la dessiner sans effort (le sans effort est très important).
  3. Enfin du demi-cercle de la demie volte, remettre le cheval au trot, l’équilibrer, et soigner un retour a la piste en ligne droite (avoir l’impression que l’épaule extérieure du cheval va heurter la piste – pare botte) le cheval, lui, va tenter de couper en flûte le retour à la piste en avançant son épaule intérieure vers la nouvelle piste (contrôler et interdire cela).
  4. En arrivant à la piste demander un départ au galop franc à l’autre main.
  5. Lors des séances suivantes, reprendre le même schéma conducteur mais :
    1. dans un premier temps demander le trot à la sortie du demi-cercle
    1. dans un second temps demander le trot quelques mètres après la sortie du demi-cercle
    1. dans un 3e temps demander le trot de plus en plus tard et de plus en plus près de la piste jusqu’à n’avoir plus que 2 ou 3 foulées de trot entre le retour au trot est le nouveau départ au galop.

Le départ au galop lui se situe toujours au même endroit, a la piste, et ce départ au galop doit être franc, à chaque fois, caresser le cheval avant de reprendre et de recommencer.

Au début, être rigoureux, commencer la demie volte à la dernière lettre du grand côté du manège, celle qui précède le coin, et terminer cette demie volte à la dernière lettre, celle qui précède le coin de la piste que l’on va retrouver. Petit à petit rapprocher le diamètre de cette demie volte des 10 m réglementaires et petits à petit arriver à la piste à la lettre E ou à la lettre B (en fonction de la main laquelle ou travail).

Exemple

Installer le cheval au galop à droite sur la piste.

  1. Cadencer le cheval sur un tour de manège ou de carrière.
  2. A la H, grande demie volte d’une quinzaine de mètres de diamètre.
  3. Entre G et M, retour au trot en direction de K.
  4. En K départ au galop à gauche,
  5. Equilibrer le galop, caresser, récompenser.
  6. Recommencer à l’autre main

Ensuite quand tout va bien,

                Installer le cheval au galop à droite sur la piste.

  1. Cadencer le cheval sur un tour de manège ou de carrière.
  2. En H grande demie volte d’une douzaine de mètres de diamètre.
  3. Entre G ET M retour au trot en direction de V.
  4. En V départ au galop à gauche, équilibrer le galop, caresser et récompenser.

Ensuite, quand tout va bien.

                Installer le cheval au galop à droite sur la piste.

  1. Cadencer le cheval sur un tour de manège de carrière.
  2. En H demie volte de 10 m de diamètre.
  3. En G retour au trot en direction de E
  4. En E départ au galop à gauche, équilibrer le galop, caresser et récompenser.

Petit à petit, rapprocher le retour au trot du départ au galop.

  1. Tout d’abord, un peu après G
  2. Ensuite, entre G et E
  3. Ensuite, Entre S et I
  4. Ensuite, Pres de E

Voilà pour le mécanisme. Vous avez bien compris que, à l’autre main c’est exactement le même travail seules les lettres diffèrent.

Attention à ne pas travailler plus du côté difficile que du côté facile, vous devez être suffisamment sage pour travailler autant du côté difficile que du côté facile sinon vous renforceriez les résistances de votre cheval.

Entre le retour au trot et le départ au galop contentez-vous d’équilibrer le trot sans trop rassembler le cheval car vous avez compris, que plus il serait rassemblé et plus le changement serait difficile. Au début, même si cela peut choquer les puristes, je n’hésite pas à avoir un cheval un petit peu sur les épaules ou disons dans un équilibre horizontal.

Petit à petit, vous allez donc rapprocher votre retour au trot de votre départ au galop au point de n’avoir plus que deux, voir,  une seule foulée de trot. Quand vous en serez là, ne cherchez pas à demander un changement de pied, votre cheval vous le donnera tout seul et quand cela va arriver, mettre pied à terre aussitôt et rentrer à l’écurie après avoir caressé abondamment.

Soyez sage également et patient, au point de recommencer toujours à la case départ quand vous allez attaquer votre séquence d’éducation au changement de pied naturel c’est-à-dire la grande demie volte avec le grand bout de trot entre le retour au trot et le départ au galop et au fur et à mesure que vous allez avancer dans votre séance vous pourrez rapprocher au galop du retour au trot ne précipité pas les choses mêmes quand le cheval sera confirmé, il faudra toujours le maintenir dans un esprit de facilité et d’aisance.

CALMER ET RENDRE UN CHEVAL ATTENTIF A L’OBSTACLE

Tout en développant sa franchise et la qualité de son saut.

Disposer une ligne de 3 « oxer » distants de 18 mètres.

1. Aborder a un galop ordinaire (et toujours le même) entre le galop de travail et le galop moyen.
2. Arrêter en A, caresser puis revenir a la même allure….
3. Arrêter en B, caresser puis revenir a la même allure….
4. Arrêter en C, caresser puis revenir a la même allure….
5. Arrêter en D, caresser puis enchainer les 7 sauts : le 1, le 2, et le 3, puis le 1 en biais a l’envers, puis le 3 en biais a l’endroit, puis le 2 en biais a l’envers, puis le 2 a l’endroit en biais (suivre les pointillés bleus, puis les jaunes, puis les roses.

Et recommencer tout l’exercice….

Veillez a la rectitude en sortant des courbes et petit a petit réduire et rapprocher les courbes

ATTENTION cet exercice s’inscrit dans une progression logique qui doit être respectée. Ne pas jeter un cheval insuffisamment préparé dans un exercice trop difficile ou pénible pour lui.


Jean Michel Rousseaux

Écuyer Instructeur Émérite 

Diplômé d’Etat

Master Instructor

International Group For Equestrian Qualifications

Stages     Coaching    Expertise    

Rééducation fonctionnelle

Cavalier ; chez vous ou dans l’écurie de votre choix, 

Professionnel ; pour valoriser et dynamiser votre structure équestre.  

Besoin d’autres renseignements,

Envie d’un stage,
Contactez moi 


06 37 61 68 30


ou :  cheval.coaching@gmail.com

Le Pur-Sang Arabe, cheval surdoué

Je suis tombé en Amour pour le Pur-Sang Arabe sur le tard ! Leur tempérament très chaud et leur apparente fragilité me les faisaient considérer comme des « bibelots » éventuellement améliorateur d’autres races plutôt que comme chevaux de sport.

J’étais donc un peu sur la réserve quand des élèves m’ont confié la mission d’en faire travailler quelques-uns. Le hasard a voulu que je puisse les faire travailler moi-même, sous ma selle et ce, sur un laps de temps assez long pour apprécier leurs qualités.

Aujourd’hui, j’en ai encore quelques-uns dont je dirige le travail, certains sont spécialisés en endurance, d’autres en dressage de loisir, mais je les travaille tous avec mes «Techniques Modernes d’Equitation Classique ».

Ce sont des chevaux surdoués.

Les besoins des cavaliers d’endurance ont forcé les éleveurs à revenir aux origines de la race plus fortes que les petits modèles pour « Poupées Barbie ». Le PSAR actuel est bien porteur et, il n’est ne nullement gêné par mes 78kg. Par contre leur manque d’épaisseur et de profondeur est perturbant pour de grandes jambes !

En revanche, quelles qualités innombrables et fantastiques!

Passé le premier temps de surchauffe, qui en fait est du « cinéma », destiné a impressionner et a marquer son territoire, il se livre totalement à son cavalier, sans aucune réserve ni retenue, il tombe dans la main sans n’avoir rien à demander, il effectue toutes les flexions latérales et directes de la mâchoire et de l’encolure puis des hanches, du rein et surtout la plus difficile a donner celles latérales du dos… C’est un pur bonheur de sentir chacune des articulations lâcher moelleusement, mais la colonne vertébrale restant ferme!

Divin!!!

Et quel équilibre !!!  Rien à voir avec le PSAR des gravures ou photos, quand il se met dans ces dispositions d’équilibre, il s’y met tout seul, sans avoir besoin d’être sollicité… Il se rassemble naturellement de lui-même, hanches baissées, jarrets fléchis. Il suffit de raccourcir le pas vers le pas d’Ecole, et voila qu’il se diagonalise, à peine les mollets le touche qu’ il esquisse ses premier temps de piaffer !

Latéralement, il est fort sensible aux rênes d’opposition faites du bout des doigts, ses hanches et ses épaules s’orientent a volonté, le toucher de mollet suffit  à demander et accompagner le déplacement.

L’épaule en dedans est un vrai bonheur nul besoin de combiner les aides « incombinables » des mécanistes (les bucherons Hollandais) un simple touché de mollet et il se pli, s’enroule, se grandit  et part en danseur dans un mouvement énergique avec une détente incroyable et………. confortable!

Je les fais sauter car je pense qu’il s’agit pour tout cheval d’un jeu qu’il aime et lui apporte tant de bonnes choses (alliant équilibre, puissance, détente, propulsion, coordination etc…) Bien sur je ne mets pas de grosses barres mais jusqu’au mètre c’est un super cheval qui saute rond et équilibré ne se jette jamais. Le PSAR a tendance a ne plus se servir de ses épaules au galop en particulier (allures rasantes). Le travail a l’obstacle bien géré contribue a lui rendre ce jeu des épaules par contre après il n’est plus du tout confortable au galop.

Voila mes avis sur ce merveilleux cheval qui est un Don de Dieu!:

« Et, Dieu prit une poignée de vent du Sud, il souffla dessus et créa le cheval »

Jean-Michel Rousseaux

Ecuyer Instructeur Diplomé d’Etat

Master Instructor International Group For Equestrian Qualifications

NOTE : J’organise des stages dans toutes les régions. Si vous souhaitez participer avec votre cheval, il vous suffit de regrouper 4 couples cavalier/cheval autour de vous et je me déplace dans l’écurie de votre choix. https://jmrousseaux.com/stages/

Dos creux, rein creux, le cauchemar et l’obsession du cavalier

Dos « creux », encolure de cerf:

Rein creux ou affaissé :

Détendez le et faites le travailler souvent rênes abandonnées…

Rênes vraiment abandonnées, à la couture ou à la boucle. Des rênes, mêmes un peu ajustées, modifient le comportement d’un cheval dressé…

Ceci aux trois allures. C’est surtout au pas et au galop que c’est efficace.

            Au pas très actif.

            Au trot et au galop cadencé.

Que se passe-t-il ?

Les hanches et l’encolure fonctionnent ensemble (si l’encolure n’est pas gênée par la main).

La mobilisation du bassin met en « tension » toute la musculature de la ligne du dessus…

En particulier le muscle Erector Spinae qui mobilise vers le haut les dernières cervicales et tend vers l’avant l’encolure si elle est libre…

Dans la phase suivante, le bassin propulse la colonne vertébrale vers l’avant.

Puis le cycle recommence…

10 à 15 minutes de ce travail par séance améliorera rapidement une situation compromise ou entretiendra le cheval dans fonctionnement juste et naturel…

Pour les chevaux qui chargent dès qu’ils se trouvent libres, ils se dressent très rapidement au maintien de la cadence souhaitée avec des rênes abandonnées. Ils apprécient vite ce travail d’ailleurs…

C’est au galop que ce travail est le plus efficace, car, c’est au galop que le bassin bascule le plus et que, par voie de conséquences, il remonte le plus dos et base d’encolure…

Le travail en extension d’encolure n’interviendra qu’après… Le cheval ayant trouvé par le travail rênes abandonnées un équilibre naturel sans le soutien de la main, il se livrera plus volontiers à la demande d’extension d’encolure sans tricher en donnant une descente d’encolure…

Pour compléter ce travail de reconstruction d’un dos-rein affaibli, le travail de deux pistes sur une encolure la plus étendue possible donnera de bon résultat et toujours aux trois allures et dans le respect absolu de la cadence.

Ensuite, le cavalier pourra proposer au cheval le même travail de deux pistes aux trois allures mais dans l’augmentation progressive de l’amplitude…

Ne pas oublier le légendaire travail sur barres au sol à distance de confort avec remise de mains à l’abord, c’est-à-dire rênes molles…

La distance de confort est une distance intermédiaire où le cheval franchi sans forcer. (Distance trop longue le cheval se met à plat, distance trop courte il se retient et fige sa base d’encolure)…

Ensuite, et ensuite seulement le cavalier pourra jouer avec les distances mais avec modération et toujours avec remise de mains à l’abord…

       Jean-Michel Rousseaux

Ecuyer-Instructeur Diplômé d’Etat

   Stages et Stages privés toute région

Chez vous ou dans l’Écurie de votre choix